top of page

Financement de l’adaptation climatique au Mali : conception et mise en œuvre d’un modèle intégrateur



Mohamed Francis KEITA

Consultant en gestion de la durabilité environnementale

Dr DBA Business Science Institute / Bamako, Mali



Emmanuel KAMDEM

Professeur des Universités

Université de Douala / IME, Douala

Business Science Institute

 

Mots clés : changement climatique (CC), adaptation climatique (AC), développement durable (DD), financement, diaspora, Mali.


Contextualisation et questionnement


Le Mali, pays sahélien confronté à une diversité de crises (climatique, énergétique, économique, institutionnelle, etc.) est un terrain propice pour la recherche sur le financement de l’adaptation climatique (AC). Comment le financement local de l’AC peut-il contribuer au développement durable (DD) du Mali ? L’implication durable de la diaspora, dans le financement de l’AC, a-t-elle un impact sur le mouvement migratoire au Mali ? L’implication de la diaspora, dans le financement de l’AC, est-elle un facteur de cohésion sociale ? Le financement de l’agriculture familiale, par les populations locales, est-il un facteur de diminution de l’expropriation des terres des paysans ? Autant de questions pertinentes pour explorer les voies de recherche sur la durabilité environnementale en contexte africain (Kamdem, 2023). Le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM, 2012) sur lequel la recherche fait un focus est un partenaire institutionnel international dont les actions d’AC au Mali ont montré leurs limites. Ces dernières justifient donc la proposition d’un modèle alternatif et innovant, mieux enraciné dans le contexte malien (Kamdem, Chevalier et Payaud, 2020).


Résultats, recommandations et impacts


Les résultats de cette thèse de DBA débouchent sur six principales recommandations. (1) Renforcer l’implication systématique des responsables des collectivités territoriales décentralisées et de toutes les personnes-ressources identifiées dans les communautés, à la conception de tous les projets réalisés dans leurs communautés. (2) Informer, former et renforcer les capacités de toutes les populations locales sur les menaces et les conséquences du CC. (3) Mobiliser davantage les transferts financiers diasporiques maliennes et les orienter vers des projets d’investissement pour l’AC. (4) Créer une institution financière originale dédiée à la diaspora malienne, dénommée « Banque de la Diaspora » ou « WATIDÈMÈ ». (5) Diffuser la culture entrepreneuriale et les incubateurs entrepreneuriaux pour l’accompagnement global des projets d’AC au Mali. (6) Réformer et restructurer le système bancaire national et régional actuel, pour assurer la mise en œuvre effective des recommandations formulées.

Les impacts de la mise en œuvre de ces recommandations peuvent être appréciés à différents niveaux. Sur le plan managérial, les transferts financiers diasporiques actuellement destinés aux dépenses de consommation (principalement alimentaire) peuvent être mieux structurés pour contribuer au financement des projets d’investissement durable(électrification des villages ; modernisation des systèmes d’hydraulique rurale ; transformation agro-industrielle des cultures locales ; plantation d’arbres pour limiter la désertification ; valorisation de l’entrepreneuriat et de l’accompagnement entrepreneurial des jeunes et des femmes). Sur le plan environnemental, les projets innovants d’AC peuvent contribuer à limiter les effets dévastateurs du CC et de la désertification croissante dans le pays. Ils peuvent aussi limiter les tentatives risquées d’immigration et de dépeuplement des villages et des communautés rurales. Sur le plan institutionnel, l’impact majeur est la nécessité de réformer le système bancaire national malien et sous-régional africain(CEDEAO) pour transformer le cadre de régulation de l’activité bancaire. Ce dernier devant permettre la création d’une banque locale entièrement dédiée à la collecte de l’épargne de la diaspora malienne pour permettre le financement des projets d’AC.


Fondements théoriques


Traiter un sujet aussi complexe, dans un contexte national principalement caractérisé par sa complexité (Mali), implique la construction d’une ossature théorique multidimensionnelle au carrefour de quatre champs disciplinaires. La finance, pour comprendre les mécanismes de financement des projets d’AC (Weikmans, 2018, Nakhooda, Fransen & Kuramochi, 2013) ; la responsabilité sociale et environnementale (RSE), pour explorer les implications des entreprises dans le financement des projets d’AC (Mousel, 1999) ; le développement durable (DD), pour analyser les perspectives de recherche sur la question, dans les contextes africains (Wong, 2020) ; l’anthropologie et l’histoire, pour identifier des connaissances et des pratiques enracinées dans les contextes culturels africains. Il s’agit notamment de celles contenues dans la Charte du Mandé Traditionnel (Kurukan Fuga, 1236). Cette dernière, proclamée au 13è siècle par l’Empereur malien Soundiata Keïta, a été consacrée par l’UNESCO (2009) comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité. L’un des principes régulateurs de cette Charte séculaire est la préservation de la nature (Fall, 2009 ; Jolly, 2010).


Méthodologie


La perspective exploratoire de la recherche empirique a nécessité le recours à l’épistémologie pragmatiste et à la méthodologie qualitative ethnographique (Diop-Sall, 2018) appliquée à un cas unique (Yin, 2009). Ce dernier, le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM), est une parfaite illustration des insuffisances et des limites des financements apportés par les bailleurs de fonds internationaux (notamment la Banque Mondiale). La collecte des données a été principalement effectuée dans l’une des communes rurales maliennes (Yéréré) parmi celles les plus affectées par les conséquences dévastatrices du CC. 120 entretiens semi-structurés ont été réalisés auprès de différents acteurs impliqués dans des projets d’AC (autorités administratives, traditionnelles et religieuses ; citoyens maliens retournés au pays après l’immigration à l’étranger ; citoyens maliens en résidence à l’étranger et souhaitant retourner au pays). Ces entretiens ont été complétés par des témoignages recueillis auprès de 6 groupes de discussion principalement constitués sur la base de la diversité ethnique des participants. Ce dernier facteur a été pris en compte pour refléter le pluralisme ethnique de la société malienne et apporter un éclairage utile sur les contingences culturelles et religieuses des populations ciblées par les projets d’AC. L’analyse des données qualitatives a été effectuée selon « l’approche inductive générale » préconisée par Thomas (2006).


La qualité des résultats et l’ampleur des impacts de cette thèse ont été reconnues par les membres du jury du Business Science Institute qui l’ont sélectionnée parmi les 5 meilleures thèses ayant reçu le prix de l'impact managérial en 2023.


Bibliographie


Diop Sall, F. (2018). La méthode ethnographique. Dans F. Chevalier (dir.). Les méthodes de recherche du DBA. EMS, Editions Business Science Institute, 140-157.

Fall, A. B. (2009). La charte africaine des droits de l’homme et des peuples : entre universalisme et régionalisme. La démocratie en Afrique, 129, 77-100.

FEM (2012). Clarification on the Concept of Additional Costs of Adaptation to Climate Change. Washington, D.C.

Jolly, É. (2010). L'épopée en contexte Variantes et usages politiques de deux récits épiques (Mali/Guinée). Annales. Histoire, Sciences Sociales, 65, 885-912.

Kamdem, E. (2023). Développement durable en Afrique : exploration des voies de recherche en contexte de crise post-pandémique. Dans Chevalier, F. et Kalika, M. (dir.), Recherches sur la Sustainability (pp. 519-534). Caen, éditions Entreprise et Management, collection Business Science Institute.

Kamdem, E., Chevalier, F. et Payaud, M. A. (2020). La recherche enracinée en management : contextes nouveaux et perspectives nouvelles en Afrique (pp. 89-103). Caen, Éditions Management & Société (EMS), collection Business Science Institute.

Keita, M. F. (2023). Conception et mise en œuvre d’un modèle intégrateur de financement de l’adaptation climatique au Mali : cas du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM). Thèse de DBA, Luxembourg, Business Science Institute.

Mousel, M. (1999). Changement climatique et gouvernance mondiale. Responsabilité & Environnement, 15, 5-12.

Nakhooda, S., Fransen, T., Kuramochi, T., (2013). Mobilising international climate finance: Lessons from the Fast-Start Finance Period. Open Climate Network, ODI, WRI & IGES, London.

Thomas, D. R. (2006). A general inductive approach for analyzing qualitative evaluation data. American journal of evaluation, 27(2), 237-246.

Weikmans, R. (2018). Évaluation de l’aide et mobilisation financière internationale autour de l’adaptation au CC. Revue internationale des études du développement, 2, 151-175.

Wong, A. (2020). Singularisation et universalisation des pratiques de RSE et de développement durable en Afrique. Dans Kamdem, E., Chevalier, F., Payaud, M. A. (dir.) (2020). La recherche enracinée en management : contextes nouveaux et perspectives nouvelles en Afrique (pp. 89-103). Caen, Éditions Management & Société (EMS), collection Business Science Institute.

Yin, R. K. (2009). Case Study Research: Design and Methods. Thousand Oaks, Sage Publications.


Comments


bottom of page